Château de Meudon

Du vendredi 14 septembre au vendredi 21 décembre 2018

Exposition : le château de Meudon, au siècle de Louis XIV

Lieu

  • Musée d'art et histoire
  • 11 rue des Pierres - 92190 Meudon
  • Lat : 48.806401 - Lon : 2.238479

Infos pratiques

  • Du mardi au dimanche de 14h à 18h

Tarifs

  • Tarif plein : 4€ - Tarif réduit : 2€

Contact

  • Musée d'art et d'histoire de Meudon
  • 01 46 23 87 13
  • Courriel

Le musée d’art et d’histoire de Meudon présente une exposition sur le château de Meudon au siècle de Louis XIV. Ce château aujourd’hui disparu pour partie, se situait à mi-chemin entre Paris et Versailles, sur l’actuelle terrasse dite de l’Observatoire. L’exposition évoquera les fastes du domaine de Meudon au Grand Siècle, embelli avec passion par ses occupants prestigieux.

  • Consulter le dossier de presse ICI

Le Château de Meudon : d’Abel Servien au Grand Dauphin, fils de Louis XIV

Restitution 3D du château de Meudon en 1715. Réalisation de PHIDIAS 3D.

 

Du château de Biviers au château de Meudon

 

 

 

L’accès d’Abel Servien au niveau le plus élevé de la hiérarchie sociale a trouvé son illustration dans l’acquisition en 1654 du château de Meudon qui avait appartenu aux Guise et venait d’être ravagé par les troupes frondeuses de Condé.

 

Dès 1655, il y fit entreprendre par Le Vau des travaux colossaux, qu’il s’agisse de la restauration et de l’embellissement de l’ancien château du cardinal de Lorraine ou de l’édification de la Grande Orangerie et, surtout, de l’immense terrasse qui fit l’admiration de ses contemporains et domine encore de nos jours la ville de Meudon.

 

Les dépenses considérables engagées par le surintendant devaient attester, aux yeux des générations futures, de son extraordinaire ascension au faîte du pouvoir et des honneurs. Elles s’accompagnèrent de multiples acquisitions foncières aux alentours, opérations qui l’amenèrent à liquider, le 22 août 1655 et pour 80.000 livres, la terre et la seigneurie de Biviers (cédées à Antoine de Reynold, alors capitaine aux Gardes Suisses), ainsi que certaines rentes qu’il tenait de son père en Dauphiné.

 

De nombreuses fêtes s’y déroulèrent alors, dont la plus somptueuse fut donnée le 1er octobre 1658 à l’occasion du mariage de sa fille Marie-Antoinette avec Maximilien de Béthune, alors marquis de Rosny et appelé, au décès de son père, à recevoir le titre de duc de Sully et acquérir la dignité de pair de France. Cette fête donna l’occasion de réunir au château de Meudon toute la Cour et à Monseigneur de Servien qui, sans mentir, est magnifique de faire voir son rare entregent (La Muse historique, gazette de l’époque).

 

C’est à Meudon - qu’il n’aura cessé d’embellir jusqu’à son dernier souffle - que décéda le 17 février 1659 Abel Servien atteint par ce que l’on appelait alors la maladie de la pierre.

 

L’après-Servien

 

En 1679, le château de Meudon sera vendu à Louvois par les héritiers d’Abel Servien, avant d’être acheté en 1695 par Louis XIV pour son fils le Grand Dauphin. Il sera partiellement détruit en 1795 par un incendie accidentel, lequel l’endommagera si gravement qu’il faudra le raser en 1803. Depuis lors, ses colonnes de marbre rose décorent le palais du Luxembourg et l’arc de triomphe du Carrousel.

 


http://chateau-meudon.wifeo.com/:

Le site internet présentant le château de Meudon et Abel Servien.